1.Un grain de beauté

Hormis Casanova (1725-1798), qui unissait plaisir de la table et plaisir d’amour, CuitLuCru, cultive le plaisir des sens dans ses créations gorgées de vie tout en déclinant le cycle des quatre saisons. Métier de bouche oblige !
Mieux que rompre le jeûne –déjeuner-, c’est goûter avec attention, –déguster-, apprécier par le goût les qualités des mets appétissants, -premier sens de friand-, qui est la juste attitude à prendre devant la gamme, digne de coloristes, des préparations CuitLuCru.
Les lexicologues du XVIIème siècle, comme Furetière et Richelet, associent les friandises au monde de l’enfance. Participer aux bombances de la « carte » CuitLuCru est possible à tout âge: les sensations gustatives, les plaisirs gustuels concernent petits et grands !
Chez CuitLuCru, la curiosité est une forme d’appétit: ses co-dirigeants, Candy et Fabien, vivent en exploration permanente, en quête d’émotions inédites … Ce à quoi ils ont toujours cru, c’est que l’émotion prime sur l’intellect. Elle permet de se rappeler à soi-même à quel point « on » est vivant. La fonction apéritive (c’est-à-dire qui stimule l’appétit) et la présentation appétissante des produits enrichissant leur « carte » nourrit ce rôle dans le choix alimentaire.

Nicole Laublé